Accéder au contenu principal

Le marché immobilier français en 2014


Au petit jeu des prévisions, Xerfi avait vu juste en 2013, en prévoyant que le krach n’aurait pas lieu.

En 2014, il semble y avoir un relatif consensus sur les prévisions de l’évolution du marché immobilier :
- Laurent Vimont, président de Century 21 prévoit une remontée des taux en 2014 et, par conséquent, une baisse des prix dans l’immobilier ancien.
- Le site meilleursagents.com anticipe une possible baisse des prix de plus de 7% en France, de 5 à 7% à Paris ou Lyon, et de 7 à 10% à Marseille cette année.
- Le Crédit Agricole prédit une baisse mesurée des prix immobiliers. Le service des études économiques de la Banque verte table sur une poursuite du soft landing dans l'ancien, avec des volumes de vente et des prix en légère baisse de l’ordre de 4%.
- Le site immobilier-danger prévoit une stabilisation des taux en 2014 (sauf accident sur la dette française) et une poursuite de la baisse des prix.
- La Fnaim estime que le nombre de transactions immobilières pourrait tomber à 650.000, et les prix baisser de 3 à 4 %, compte tenu du nombre important d’incertitudes qui pèsent sur le marché. 
- Selon les estimations de l'agence de notation S&P, la France devrait subir la baisse la plus prononcée (-3%) dans l’immobilier résidentiel, suivie de l'Espagne (-2%) et de l'Italie (-1%).
- Le Crédit Foncier prévoit un marché immobilier morose, avec une nouvelle décote des prix sur les marchés tendus tels que Paris et les centres des grandes métropoles régionales.
- Pour Xerfi, il n'y aura pas de grand soir de l'immobilier et les prix resteront quasiment stables en 2014. Mais une chose est sûre, c'est que le marché de l'immobilier est en profond déséquilibre.

Quant à l'immobilier à Nice, l'année 2014 devrait voir se vérifier la même tendance qu'à l'échelle nationale, à savoir une baisse légère des volumes de ventes et des prix.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Rometti : une signature immobilière à Nice

A Nice, quelques constructeurs ont laissé une empreinte forte. C’est le cas, en particulier, de Rometti.
Il a réalisé de nombreux immeubles, notamment sur le boulevard François Grosso et dans tout le quartier des Fleurs (rue Frédéric Passy, rue François Aune, avenue des Fleurs, avenue des Orangers, rue Bottéro, rue des Potiers, rue Alexis Mossa) … mais aussi dans le quartier de la Madeleine. 
Son style est reconnaissable entre tous, notamment grâce à l’utilisation importante de marbre. Si vous souhaitez acquérir ou vendre un bien immobilier avec la signature "Rometti", contactez l'agence Istra, votre conseil immobilier à Nice depuis 20 ans. Tel. 04.93.97.2000




La pierre, de père en fils

Mon père est arrivé en France en 1958, sans parler un mot de français et sans un (ancien) franc en poche. Dans son Istrie natale (d’abord Italienne avant de devenir Yougoslave, puis Croate), il avait travaillé à la construction de routes et aidé son père à agrandir la ferme familiale. Arrivé à Nice, il a tout de suite trouvé un emploi de manœuvre et rapidement évolué vers maçon pour finir sa carrière au poste de maçon hautement qualifié au sein de l'entreprise Miraglia. Quant à moi, je suis né à Nice et j’ai eu la chance (et l’envie) de faire des études supérieures. Diplôme d’une maîtrise en économie à l’Université de Nice, j’ai fait un bref passage dans l’hôtellerie de luxe avant de décrocher, tout à fait par hasard, un emploi dans l’immobilier (gestion immobilière et syndic de copropriété), et ce grâce à une petite annonce d'offre d’emploi dans Nice-Matin. Expérience faite, j’ai décidé, tout en restant dans le secteur de l’immobilier, de m’orienter vers l’activité de transactio…

Une pénurie de logements en France ?

Depuis trop longtemps, on nous rabat les oreilles avec la pénurie de logements en France; il manquerait 500.000, 800.000 ou 1 million de logements … Je fais partie de ceux qui pensent que cette pénurie de logements en France est un mythe savamment organisé et entretenu par les gouvernements de tous bords, les promoteurs et leurs alliés financiers, les fédérations immobilières … et ce mythe est largement diffusé par les médias qui vivent de la publicité des premiers. En fait, les études sur le sujet sont souvent orientées, opaques ou contradictoires. Dans la réalité, s’il manque des logements en France, il manque principalement des logements accessibles aux populations à faibles revenus qui, vous vous en doutez bien, n’intéressent personne. Pour dire cela d’une autre façon, ce ne sont pas 800.000 logements qui manquent, mais 800.000 foyers qui manquent d’un logement, et c’est là toute la nuance. Sur ce sujet, je vous conseille de lire ce texte intéressant "Le manque delogements en Fra…