Accéder au contenu principal

Comment devenir riche en élevant des porcs ?


Sous ce titre volontairement provocateur, je vais vous raconter brièvement l’histoire de la première fortune d’Angleterre, bâtie autour d’un concept du droit immobilier.

Au XVIIème siècle, la famille Grosvenor élevait des porcs (vraiment !) dans la campagne anglaise, sur des terres d’origine féodale situées au nord de la Tamise et à l’ouest de l’actuelle City.
Au début du XVIIIème siècle, les Grosvenor (comme d’autres familles du coin) commencent à aménager et à lotir de vastes étendues  dans le secteur de Mayfair. Au lieu de vendre leurs terres (en freehold), elles décident de les céder en « leasehold » (équivalant du bail emphytéotique). Le principe est simple : le propriétaire concède à un tiers le droit d’utiliser le terrain pour une période longue (souvent 99 ans). A l’issu de cette période, sauf prorogation avec indemnité, le propriétaire récupère son terrain, mais aussi toutes les constructions qui se trouvent dessus. Génial, non !?

Au XIXème siècle, la famille Grosvenor poursuit les développements sur les terres situées cette fois-ci du côté de Belgravia et Pimlico.  Ajouté au droit d’ainesse, la généralisation du leasehold a évité la dispersion du patrimoine et permis aux Grosvenor d’être aujourd’hui à la tête de 120 hectares d’immeubles en plein coeur de Londres, dans les quartiers les plus chics. Les biens, rassemblés au sein de la société Grosvenor Group, font de Gerald Cavendish Grosvenor, Duc de Westminster, le premier propriétaire foncier de Londres, un des plus grands propriétaires immobiliers du monde, et la première fortune d’Angleterre !

A Liverpool, le groupe Grosvenor a même signé, il y a quelques années, un bail emphytéotique de 250 ans avec la municipalité, pour développer et valoriser 17 hectares en plein centre-ville (36 immeubles neufs ou rénovés, 600 appartements, 2 hôtels, 131.000m² de surface commerciale, 21.500m² de loisirs, 3000 places de parking).

En fait, le bail emphytéotique trouve son origine dans le droit romain qui établissait un droit de jouissance appelé « jus emphyteuticum » sur les propriétés rurales. L’objet du contrat d’emphytéose (du grec ἐμφύτευσις emphuteusis « action de planter ») était de permettre aux propriétaires de grands domaines fonciers d’assurer la mise en valeur de leurs terres sans en supporter les charges.

Moins connu en France, le bail emphytéotique est régi par les articles L. 451-1 à L. 451-12 du Code rural et de la pêche maritime. Il est également utilisé dans les grandes villes où le foncier est relativement cher et ce concept pourrait s’y développer à l’avenir.

A Nice, quelques constructions ont été réalisées sur le principe du bail emphytéotique, l’exemple le plus emblématique étant l’ensemble immobilier Nice-Etoile (ouvert en 1982) comprenant le centre commercial et les appartements. La ville de Nice a cédé le terrain pour 1 franc symbolique, et au terme de 99 ans, elle récupérera le terrain et les constructions. Idem pour l’hôtel Radisson (ex Hyatt Regency) sur la Promenade des Anglais et le projet en cours du centre commercial Nice One, près du grand stade.
  

Commentaires


  1. Merci pour votre article, savez-vous qu'il existe une campagne de sensibilisation sur les erreurs de prêts bancaires ?
    Si vous avez un prêt immobilier, ou clôturé depuis moins de 5 ans, Vérifiez vos droits face aux banques car 7 dossiers sur 10 sont erronés !! Faites valoir vos droits et récupérez votre argent !
    Jetez un œil à ce site, en 10 minutes vous aurez une info très riche de la part du Patron de l'AFUB ( Association Française des Usagers des Banques )
    www.toujourspret.fr/etude

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La pierre, de père en fils

Mon père est arrivé en France en 1958, sans parler un mot de français et sans un (ancien) franc en poche. Dans son Istrie natale (d’abord Italienne avant de devenir Yougoslave, puis Croate), il avait travaillé à la construction de routes et aidé son père à agrandir la ferme familiale. Arrivé à Nice, il a tout de suite trouvé un emploi de manœuvre et rapidement évolué vers maçon pour finir sa carrière au poste de maçon hautement qualifié au sein de l'entreprise Miraglia. Quant à moi, je suis né à Nice et j’ai eu la chance (et l’envie) de faire des études supérieures. Diplôme d’une maîtrise en économie à l’Université de Nice, j’ai fait un bref passage dans l’hôtellerie de luxe avant de décrocher, tout à fait par hasard, un emploi dans l’immobilier (gestion immobilière et syndic de copropriété), et ce grâce à une petite annonce d'offre d’emploi dans Nice-Matin. Expérience faite, j’ai décidé, tout en restant dans le secteur de l’immobilier, de m’orienter vers l’activité de transactio…

Rometti : une signature immobilière à Nice

A Nice, quelques constructeurs ont laissé une empreinte forte. C’est le cas, en particulier, de Rometti.
Il a réalisé de nombreux immeubles, notamment sur le boulevard François Grosso et dans tout le quartier des Fleurs (rue Frédéric Passy, rue François Aune, avenue des Fleurs, avenue des Orangers, rue Bottéro, rue des Potiers, rue Alexis Mossa) … mais aussi dans le quartier de la Madeleine. 
Son style est reconnaissable entre tous, notamment grâce à l’utilisation importante de marbre. Si vous souhaitez acquérir ou vendre un bien immobilier avec la signature "Rometti", contactez l'agence Istra, votre conseil immobilier à Nice depuis 20 ans. Tel. 04.93.97.2000




Une pénurie de logements en France ?

Depuis trop longtemps, on nous rabat les oreilles avec la pénurie de logements en France; il manquerait 500.000, 800.000 ou 1 million de logements … Je fais partie de ceux qui pensent que cette pénurie de logements en France est un mythe savamment organisé et entretenu par les gouvernements de tous bords, les promoteurs et leurs alliés financiers, les fédérations immobilières … et ce mythe est largement diffusé par les médias qui vivent de la publicité des premiers. En fait, les études sur le sujet sont souvent orientées, opaques ou contradictoires. Dans la réalité, s’il manque des logements en France, il manque principalement des logements accessibles aux populations à faibles revenus qui, vous vous en doutez bien, n’intéressent personne. Pour dire cela d’une autre façon, ce ne sont pas 800.000 logements qui manquent, mais 800.000 foyers qui manquent d’un logement, et c’est là toute la nuance. Sur ce sujet, je vous conseille de lire ce texte intéressant "Le manque delogements en Fra…